Dernière mis à jour:
MENU  ▼

DOULEUR ENTRE LES OMOPLATES ET DOULEURS DORSALES | LES CAUSES FRÉQUENTES

 

La région dorsale est la région la plus soignée en clinique. Voici quelques observations à ce sujet.


 

OBSERVATIONS CLINIQUES

  • La courbe naturelle de la colonne dorsale se nomme cyphose.
  • Le manque de tonus musculaire est flagrant chez la grande majorité des patients.
  • Le manque de tonus musculaire de la colonne dorsale cause une ouverture des omoplates, ce qui donne l’impression d'une pseudo-cyphose prononcée. Le squelette axial dorsal soutient l’épaule à l’aide de dix-sept muscles et dix ligaments. Ceci explique en partie la demande biomécanique complexe qui engendre les subluxations dorsales et costotransverses.

  • joint costo transverse, douleurs dorsales
  • La région entre les omoplates (D2-3-4-5-6) est la plus problématique.
  • Les douleurs dorsales peuvent causer une douleur référée au bras
  • Les subluxations costotransverses ou dorsales de la région D4 et D9 peuvent vous empêcher de respirer normalement ou profondément.
  • Très peu de hernies discales sont présentes dans la région dorsale.
  • On retrouve peu de mouvement entre chaque segment dorsal de la colonne vertébrale.
  • La colonne dorsale est souvent surchargée lors de la manutention d’objets, ce qui entraîne des subluxations vertébrales.
  • Chez les gens âgés souffrant d’ostéoporose, la colonne dorsale peut se fracturer spontanément.
  • La région dorsale est critique chez le patient qui souffre de scoliose (courbure anormale du plan coronal).
  • Un mauvais matelas peut engendrer à long terme une courbe prématurée.
  • Un matelas trop dur peut causer des douleurs chroniques de la région dorsale D7-8-9-10-11 au lever. Ces douleurs peuvent se résorber quelques heures après le début de vos activités.

 

douleur dorsale moyenne

  • La colonne dorsale possède une légère courbe vers la droite au niveau du cœur. Ceci est normal; les recherches démontrent que les pulsations cardiaques sont à l’origine de cette déviation.
  • La colonne dorsale peut reprendre une forme saine (cyphose) à l’aide d’exercices spécifiques, de soins chiropratiques, de traction spécialisée ou d'activités qui favorisent une bonne posture et une saine hygiène quotidiennes.
  • Les déviations dorsales dans le plan sagittal sont plus facilement corrigibles que dans le plan coronal.
  • L’ossification ligamentaire et la dégénérescence des joints dorsaux peuvent rendre irréversible une cyphose accentuée.
  • La pratique de certains sports comme le vélo de compétition peut déformer la colonne dorsale.
  • Une mauvaise vision peut enchainer une mauvaise posture qui, par conséquent, déforme la colonne dorsale.
  • La position assise prolongée sans support (quand on joue de la guitare, ou qu'on travaille à l'ordinateur sur une mauvaise chaise) ou l’utilisation d’une chaise avec un dossier trop éloigné peut arrondir prématurément le dos, chez les adolescents.
  • La gêne ou le manque de confiance chez les adolescents peut entrainer une déformation de la colonne dorsale.
  • La région dorsale est relativement facile à soigner. Dans certains cas, on doit entreprendre des soins avec exercices.  

LES CONSÉQUENCES D'UN DIAGNOSTIC


Les conséquences d’un mauvais diagnostic 
et une thérapie inadéquate pour le milieur du dos.

Les résultats d’un diagnostic 
précis et une thérapie adéquate pour les douleurs au milieu du dos.

OBSERVATION CLINIQUE DOULEURS DORSALES

Un grand nombre de nos patients souffrent de douleurs au dos (dorsales D1 à D12). Le milieu du dos, désigné région dorsale, est composé de trois segments : le segment supérieur (vertèbres D1 à D3), le segment médian (D4 à D7), et le segment inférieur (D8 à D12); chacun d’eux est marqué par une étiologie propre, et exige des soins spécifiques. Les douleurs dorsales ou dorsalgies sont facilement soignées avec les soins chiropratiques et de bons exercices.

Douleurs dorsales ?  S’agit-t-il d’une scoliose, d'une cyphose, de mauvais tonus musculaire, de mauvais matelas, d'une posture inadéquate… ou d'une subluxation?

Une majorité de nos patients ressentent un inconfort au niveau du segment supérieur ou médian, mais ne deviennent conscients de leurs véritables douleurs dorsales qu’en cours d’examen, alors qu’un stimulus réveille la douleur liée à un problème chronique. Contrairement aux idées reçues, la partie dorsale de la colonne est presque immobile, et ne peut donc être étirée qu’avec difficulté, puisque dix des douze côtes sont soudées, à leur extrémité avant, au sternum, ce qui entrave leur mobilité. Quant au segment supérieur, il est parfaitement impossible à étirer.

DOULEURS CENTRALES

Les douleurs dorsales sont dites soit centrales (proches de la colonne), soit latérales. Les douleurs dorsales centrales peuvent à leur tour être situées soit à l’apex (la pointe) d’une apophyse épineuse, soit à l’articulation des joints dorsaux (voir la figure 1).

vertèbre corsale - vue Côte et supérieur

figure 1

La douleur dorsale située à l’apex d’une apophyse épineuse est généralement attribuable à une surcharge exercée de longue date au point d’attache des muscles, ce qui entraîne une douleur musculotendineuse qui imite l’inflammation. On retrouve ici un cas semblable à ce qu’on appelle parfois « le coude du joueur de tennis », connu dans le monde médical sous le terme « épicondylite » ou « épicondylite latérale », quoique le terme ne soit pas parfaitement juste, puisque « ite » est un suffixe dénotant l’inflammation, et que ces syndromes ne comportent aucune inflammation comme telle.


OBSERVATIONS


Une dysfonction de l’un ou l’autre segment dorsal peut causer :

  • dans le segment dorsal supérieur : une difficulté à tourner la tête, un spasme au muscle trapèze, une sensation de brûlement ou d’engourdissement sur la peau à l’arrière de l’épaule, ou des douleurs au muscle deltoïde.
  • dans le segment dorsal médian : des douleurs au bras irradiant vers les doigts, une difficulté à bouger le tronc, des difficultés respiratoires, une rétraction répétée de l’épaule visant à soulager la douleur.
  • dans le segment dorsal inférieur : une difficulté à se pencher latéralement, douleur en position assise, difficulté respiratoire, difficulté à ramasser un objet au sol.
  • La partie dorsale de la colonne vertébrale peut être le lieu d’un large éventail de pathologies. Chez les enfants et les adolescents, une scoliose ou une hypercyphose mérite qu’on s’en inquiète; cependant il faut distinguer ici entre ce qui n’est que l’effet d’une mauvaise posture, et ce qui est dû à des anormalités graves telles que celles reliées à la maladie de Scheuermann.
  • Les personnes âgées sont susceptibles d’être atteintes de fractures par tassement, qui modifient la courbure de la colonne dorsale. Cette pathologie est assez répandue, chez les personnes souffrant d’ostéoporose. Les côtes elles-mêmes sont très sujettes aux métastases.
  • Chez les adultes, les méfaits d’une fatigue posturale chronique due aux longues heures passées en position assise seront amplifiés par un manque d’exercices. Notre clinique vous offre des solutions très efficaces à ces problèmes : la méthode chiro-exercises est taillée sur mesure pour la réhabilitation à domicile, alors que la chiro-gym convient parfaitement à ceux qui prennent plaisir à s’entraîner.

RÉSULTATS CLINIQUES


Témoignage: Douleur au dos. Soins avec exercices.Julien a suivi un entraînement qui lui a permis de renforcer ses muscles du dos. Il nous confie « Ce que j'aime surtout, c'est la grande douceur des exercices, leur évolution et la possibilité de suivre son propre rythme… Dr Sicotte m'a mis en confiance. » Vinot suit aujourd'hui religieusement son programme d'entraînement pour maintenir sa bonne forme !

CAUSES FRÉQUENTES DE LA DOULEUR ENTRE LES OMOPLATES


causes frequente de la douleur entre les omoplates

DOULEURS DORSALES (ENTRE LES OMOPLATES ) 1:14 explication : les douleurs d'origine costotransverse. Dr Sicotte


Douleur - région dorsale - entre la vertèbre D1 et D12

TYPE 1
La douleur aiguë. Celle-ci peut être causée par une chute, la pratique d’un sport ou apparaître soudainement et sans origine déterminée.
TYPE 2
La douleur de longue date (chronique) sans déformation de la courbe dorsale (cyphose) : Celle-ci est souvent causée par de longues heures de travail assis à l'ordinateur.


 

algorithme douleur dos - aigue - chronique - effet du soin chiropratique


LÉGENDE EXPLICATIVE - DOULEUR AIGUË


MANIPULATION
Efficacité : Les manipulations vertébrales chiropratiques sont très efficaces pour les douleurs aiguës. Celles-ci ont fait l’objet de plusieurs recherches.

Fréquence : Lors d’une phase aiguë de douleur au dos, la fréquence du soin doit être rapprochée. Le but du soin est d'interrompre le mauvais signal neuromusculaire. Plus les soins sont rapprochés, plus vous courez la chance de vous en sortir rapidement.

Durée de l'effet thérapeutique : Dans le cas d'une condition aiguë, l’effet d’un soin est de courte durée. Chaque patient réagit différemment. Quelques traitements rapprochés durant la première semaine suffisent pour stabiliser la situation et aider à diminuer la douleur.

Méthode Cox®
Méthode Cox® : Cette technique est peu efficace pour les douleurs aiguës au cou, au dos et au bas du dos.

Exercices : seulement les exercices de type CBP sont applicables.

region du dos - dorsale - D1-D12-bonhomme

algorithme douleur dos - aigue - chronique - effet du soin chiropratique


LÉGENDE EXPLICATIVE - DOULEUR CHRONIQUE


MANIPULATION
Efficacité : Les manipulations vertébrales chiropratique sont efficaces pour les douleurs chroniques. Jumelées à des exercices, elles ont un taux de succès très élevé.

Fréquence : La fréquence varie selon le cas. La fréquence du soin est modérée (deux fois par semaine). Le but du soin est de diminuer la douleur afin que le patient puisse entreprendre un programme  d’exercices. Ceci a pour effet de soutenir les bienfaits du soin. Plus les exercices débutent tôt, meilleures sont les chances de guérison.

Durée de l'effet thérapeutique : L’effet est d'une durée plus longue que dans le cas de la douleur aiguë. Par contre, les facteurs aggravants comme les mauvaises postures ont tendance à replonger le patient dans la douleur. Une modification ergonomique est souvent nécessaire. Sans exercice, l’effet d’un soin pour une condition chronique a une durée limitée; le patient doit se prendre en main.

Méthode Cox®
Méthode Cox® : Cette technique est très efficace pour les douleurs chroniques au cou (C1-C7), au dos (D1-D12) et au bas du dos (L1-L5).

EXERCISES
Efficacité : L'efficacité des exercices est prouvée. La combinaison manipulations et exercices est sans nul doute la plus efficace à long terme. Plusieurs études appuient cette méthode. Nous utilisons des exercices très spécifiques en clinique afin d'améliorer l'état de nos patients. Le moment venu, vous et le Dr Sicotte travaillerez ensemble et il vous enseignera des exercices qui s’appliquent à votre situation.

Fréquence : Minimum de trois fois par semaine. Le patient peut faire ses exercices à la maison.

Durée de l'effet thérapeutique : Les exercices ont un effet sur la musculature et le système nerveux en quatre à six jours en moyenne.

Effort : De 20 à 30 minutes, trois fois par semaine, est suffisant pour vivre sans douleur.

Motivation : La motivation est l'élément déterminant pour l'amélioration d'un état. Le patient qui adhère au plan régulier d’exercices prescrits par le Dr Sicotte a de très fortes chances de voir disparaître ses douleurs dorsales.

Équipement : Peu d’équipement est nécessaire pour contrôler la douleur. Certains patients désirent non seulement faire disparaître la douleur, mais aussi augmenter leur tonus musculaire. Dans ce cas, un minimum d’équipement est nécessaire : poids et haltères légers.


DOULEUR ENTRE LES OMOPLATES : CAUSE | DIVERGENCE VERTÉBRALE


Cas clinique: Douleur entre les omoplates.
Ce patient se plaint de douleur entre les omoplates. L'IRM révèle une divergence des corps vertébraux à partir de la dorsale 5 (D5). La courbure accentuée de la région D1-D2-D3-D4 est apparente. Ceci entraîne un avancement de la tête et conséquemment une hypolordose. Les vecteurs de force afin de tenir le haut du corps sont concentrés à l'astérisque ( * ).

Solution: Des soins en distraction Cox®, légères manipulations, modifications du style de vie et exercices.

Douleur entre D5 D6 D7. Omoplates - IRM

RÉSULTATS CLINIQUES

Témoignage maux de cou. Arthrose cervicale et douleur cervicodorsale.Monique a d’abord été très touchée par l’attention que Dr Sicotte prodigue à ses patients : « Il ne reste plus beaucoup de professionnels de la santé qui prennent autant soin de nous. »
Au mois d’octobre, Monique ne peut plus tourner la tête. Après six semaines de traitement, elle obtient 50 % d’amélioration. Habituée des salles d’entraînement, elle n’hésite pas à suivre le programme proposé : des exercices en gymnase!
« C’est très motivant de suivre ces séances, Jocelyn adapte les exercices afin d’améliorer ma qualité de vie… Il me donne les moyens de m’en sortir et ce, à long terme ! »

JONATHAN FULHAM : DORSALGIE AIGUË


AUTRE TYPES DE DOULEUR AU DOS


TYPE 3
La douleur reliée à une cyphose prématurée (posturale) chez les gens de moins de 40 ans. Celle-ci peut être causée par des habitudes de vie qui favorisent le recourbement de la colonne dorsale. La courbure prématurée est souvent une conséquence d’une mauvaise biomécanique. Une rééducation avec exercices change le signal neuromusculaire et aide le patient à renverser la cyphose prématurée.

TYPE 4
La douleur reliée à une cyphose irréversible (arthrose) dorsale. Des années de mauvaises habitudes ont créé une posture déformée en permanence. Cette mauvaise posture ossifie les tissus mous et diminue l’amplitude de mouvement de la colonne dorsale. La période qui précède la fusion quasi totale de la région dorsale est douloureuse. Plus les gens avancent en âge, moins les douleurs sont prononcées.

TYPE 5
La douleur reliée à une déformation vertébrale. Une scoliose lombaire ou dorsale peut occasionner des douleurs à la région dorsale (D1-D12)

TYPE 6
La douleur pathologique. Quoique rare, les douleurs référées (par des pierres aux reins ou un cancer) sont possibles.